Construire et reconstruire

Villers au flos a particulièrement souffert de la grande guerre. Les champs de bataille de la Somme étaient très proches.

L'égise, maintes fois reconstruite au cours des siècles fut entièrement détruite.

Une pompe à bras pour circonscrire les incendies a été achetée aux établissements V. FOURNIER sis 08 rue des prairies 75020 PARIS le 10 novembre 1922 pour un coût de 4356 anciens francs, ce qui correspond à 4847 € au 04 janvier 2016 pour une inflation cumulée de 72905,5 %

Commémoration de l'Armistice du 11 novembre 1918. La Grande Veillée

Villers se souvient : Commémoration 2008

Sites divers:

Il y a 100 ans. Cliquez ici !

Historial de la grande guerre à Peronne.Cliquez ici !

Memorial de la paix à Caen. (musée de la dernière guerre mondiale) Cliquez ici !

 

Destruction totale

Le château servit d'hôpital militaire aux Allemands durant la guerre 14/18.

Suivant l'ordre de "destruction totale" (qui se renouvellera en 1945) ils le dynamitèrent avant de battre en retraite.

Les exploitations ravagées

Tout était à refaire une fois la guerre finie...

Morts pour la France

Guerre 1914 - 1918

Victimes militaires :

Victimes civiles :

  • Omer Bulcourt - Maire de la commune - Tué par un éclat d'obus
  • Prosper Darras
  • Simone Vitel - 7 ans - Tuée lors du bombardement par un aéronef
  • André Vitel - 5 ans -  Tué lors du bombardement par un aéronef
  • Marie Vitel - 2 ans - Tuée lors du bombardement par un aéronef

Arbre généalogique de la famille Vitel, cliquez ici !

Dommages de guerre

Après la destruction ... La reconstruction et son coût - cliquez ici ! puis les aides d'autres départements - Cliquez ici !

 

Le Bleuet de France

Le Bleuet  est le symbole de la mémoire et de la Solidarité de la France envers les anciens combattants.

Dans les pays du Commonwealth c'est le coquelicot (ou Poppy) qui en est le symbole

Echange épistolaire vers la fin de la grande guerre

Courrier qui nous a été gracieusement confié par un descendant de la famille ayant habité le chateau :

"Madame,

Mon mari s'est rendu dernièrement à Villers-au-flos, pour y constater l'état des lieux des immeubles appartenant à mes père et mère, M. et Mme Cabot. Le village est dans un état pitoyable d'anéantissement; les bâtiments en briques ont un peu mieux résisté ; néanmoins, le génie du mal dont l'ennemi est animé n'a rien épargné. Les murs de votre château existent encore en partie; l'aile droite semble avoir beaucoup moins souffert. Le mur de votre jardin sur la grand'rue a disparu, ainsi que toutes les dépendances du château.

La maison de Léandre est détruite de fond en comble, ainsi que toutes les dépendances et murs de cette partie du parc exception faite pour le grand pigeonnier. La grotte, elle-même, a peu souffert; quelques barreaux de sa grille brisés ou tordus. La Vierge y est encore, de même que la chaire de vérité et le porte-bougies; mais l'autel a été enlevé  ainsi que les bancs. Les arbres l'entourant ont été abattus et enlevés. Le souterrain donnant accès à  la grotte a été rebouché du côté du cimetière et servait d'abri aux boches; ils ont brisé et arraché de nombreux ex-voto. Quant aux arbres, ils ont tant souffert qu'ils semblent effeuillés et sans vigueur.

Le cimetière où reposent nos chers disparus n'a même pas échappé à la fureur de l'ennemi. Presque toutes les tombes furent violées et les sépultures bouleversées. Ma pauvre soeur Elvina est morte il y a un an et y est sûrement enterrée, mais il fut impossible à mon mari de retrouver sa tombe.

Quant à votre caveau j'ose  peine vous l'avouer et cependant c'est le seul but de ma lettre, il fut aussi souillé, éventré, et il y a la plus extrême urgence à ce que l'un de vous aille y porter remède et y remettre les choses en l'état. Une grande consolation pour vous sera d'apprendre que les corps de Mademoiselle Marguerite et Monsieur Jacques semblent avoir été respectés; les plaques de marbre avec leurs inscriptions sont intactes et semblent n'avoir pas été enlevées.

Ce sont deux Australiens qui conduisirent mon mari en ce lieu pour lui faire constater cet acte inqualifiable, afin que l'on vous en avertisse. J'ai longtemps hésité  mais j'ai pensé qu'il est de notre devoir envers les morts de veiller sur leurs restes et je souffre énormément que le devoir m'incombe de vous en aviser; mais l'état où sont vos morts prouve que vous l'ignorez."